UNE PHILOSOPHIE  PRATIQUE   DU   CHANT

      

           

LORSQUE LES RACINES DE LA VOIX REJOIGNENT LES RACINES DE L’ETRE

 

 

La voix, notre voix, pourrait nous ouvrir la Voie vers une réelle approche de nous-mêmes, une conscience plus claire de ce qui nous constitue et une nouvelle sensation de nous-mêmes, qui pourraient nous conduire un jour vers une connaissance de nous-mêmes, but combien souhaitable pour tout être humain.

Comment expliquer le mystère de la voix humaine ?

 

ALCHIMIE DU SON !

Nous respirons tous le même air et cependant nous, chanteurs (euses), avons le privilège de pouvoir transformer cet air en Son, vecteur d’émotion et reflet de notre Etre profond, en Son unique, dans sa qualité, son volume et sa couleur. Apprenons à découvrir tout cela en nous avec bonheur et émerveillement.

 

« SCIENCE SANS CONSCIENCE N’EST QUE RUINE DE L’AME »

Nous avons aujourd’hui la chance d’avoir à notre disposition une très riche information concernant l’aspect physiologique de la phonation, livres, émissions télévisées, appareils sophistiqués chez les O.R.L. où chacun peut suivre le fonctionnement de ses cordes vocales; tout cela est bien utile et même indispensable, mais ne doit pas demeurer un savoir théorique, si précieux soit-il.

 

« GNOTHIS EAUTON » (Connais- toi , toi-même)

Le travail commence, un travail en profondeur; à la base de tout, le souffle, la respiration abdominale et intercostale, l’attention portée sur le fonctionnement du diaphragme, la prise de conscience du corps grâce aux exercices appropriés qui nous permettront de développer cette assise (L’ appoggio), qui nous aidera à résoudre toutes les tensions et contractions au niveau de la gorge, du cou, des épaules et des mâchoires qui sont si souvent les barreaux de la prison qui tiennent le Son prisonnier. Ayons de la compassion envers cette entité qui vit en nous et aidons la à s’exprimer et à s’épanouir, c’est NOTRE RESPONSABILITE;  en un mot faisons confiance à notre corps et retrouvons en nous la source de notre instinct, si souvent sous la coupe et la domination tyrannique de notre tête. Se poser inlassablement la question: Comment fonctionne MA machine humaine? Etre à l’écoute de ce qui se passe en nous.

 

« TOUT CE QUI EST EN BAS EST COMME TOUT CE QUI EST EN HAUT. »

L’ouverture progressive de la gorge, la possibilité d’apprendre à donner de plus en plus d’espace au niveau de la cavité buccale en profondeur (le voile du palais mou) afin de pouvoir accueillir le Son ( Accogliere il suono) lui préparer une place,( en somme l’aspirer et pas le pousser). L’ouverture correcte de la bouche avec le travail des lèvres (il timone della voce) le gouvernail de la voix, l’égalisation des différents registres grâce au travail sur le passage (et pour être plus précis sur les passages) à l’aide de la délicate transformation des voyelles, (s’inspirer de l’Arc   en Ciel) et la couverture du son ( aperto-coperto) ouvert-couvert qui permettra à l’aigu de s’épanouir (le félin qui rassemble toutes ses forces et toute son énergie avant de sauter sur sa proie, pourrait être une illustration parfaite de la nécessité de la couverture du son. Combien la nature, le monde organique, le monde animal, sont riches d’enseignements qui pourraient aider et servir notre recherche; -Rapports entre le Macrocosme et le Microcosme). Le développement des résonateurs, du masque, tout en n’oubliant pas la contribution indispensable des yeux, du regard et de l’écoute, bref, de tous nos organes de perception et de communication, qu’on pourrait nommer : NOS ALLIES, essayons justement à travers ces organes, de recevoir et de nous nourrir de toutes les impressions qui nous viennent du dehors, dans une attitude de reconnaissance et de gratitude afin d’être mieux à même de donner à notre tour avec générosité, tout cela bien sûr, à force d’ exercices très précis.

 

SYMBOLISME DE LA CROIX.

 

Les pieds bien sur Terre :

IMMANENCE-« Le Manifesté » Incarnation-Enracinement-Pragmatisme.

La tête tendant vers le Ciel :

TRANSCENDANCE-« L’Un  »(Si cher à Plotin): Elévation-Spiritualité-Idéal.

Les bras ouverts cependant à l’horizontale, au monde:

HUMANISME-« Le Social » Accueil-Générosité-Partage.

 

Chanter avec tout son corps, de la plante des pieds à la racine des cheveux, et même au-delà, d’où l’importance de la verticalité, pas uniquement de notre attitude physique et de l’ouverture de notre bouche, mais aussi de notre attitude intérieure et mentale.

Verticalité, mot clé; pourrait-on cependant harmoniser cette flèche du temple gothique qui s’élance en hauteur vers le transcendant, avec la coupole byzantine qui s’abaisse, qui assemble et réunit, pour réaliser la jonction du divin et de l’humain? (voir « L’Orthodoxie »de Boulgakof.) Parallélisme et réflexion: La richesse du Beau Chant: Réunir la noblesse et la hauteur, à la rondeur et la chaleur du Son!

Analysons les rapports entre la pensée (éveiller la réflexion), le sentiment (canaliser l’émotion) et l’attitude du corps (révélateur du monde intérieur). En deux mots: Développer la PRESENCE

 

HARMONISER L’ETRE DANS SON ENTIERTE, AFIN QUE L’ON PUISSE TOUT EN S’APPUYANT SOLIDEMENT SUR SON CORPS, LAISSER S’EXPRIMER SON SENTIMENT REEL ET PROFOND SOUS LA CLAIRE ET BIENVEILLANTE VISION DE SON INTELLIGENCE.

 

L’HOMME ATTELAGE.

 

En effet, l’être humain est constitué de trois parties, trois étages, CORPS, AME, ESPRIT, ou, Physique, (moteur,instinctif) d’une part, Emotionnel, (sentiment) d’autre part et enfin, Intellectuel, (pensée, intelligence); Les Gnostiques distinguaient trois types d’individus:

Les Hyliques (Du grec  : Hylé –Matière)

Les Psychiques ( Psyché –Ame)

Les Pneumatiques (Pneuma – Esprit)

D’autres traditions, Orientales notamment, évoquent :

La Voiture (Le Corps)

Le Cheval   (Le Sentiment)

Le Cocher   (Le Penser)

Combien de chanteurs (euses) ne basent pas tout uniquement sur la beauté et la puissance de leur organe, gonflés d’un narcissisme orgueilleux, d’autres se complaisant dans une émotion sirupeuse, souffrant eux-mêmes mille maux en se jouant un psychodrame dégoulinant de pathos et « Last but not least », hélas, les coincés soporifiques du chant, froids analystes et théoriciens de la musique.

 

POSSIBILITE DE L’EMERGENCE EN NOUS DU MAITRE DE L’ATTELAGE.

(Lueur d’espoir ?...)

 Ne serait-il pas pour nous alors un but, que de réunir et d’harmoniser ces trois aspects différents mais indissociables, en faire l’unité en nous afin de pouvoir transmettre à nos semblables un réel sentiment, un appel à une élévation spirituelle et communier avec notre prochain dans une joie toujours renouvelée?

Comment faire naître en nous un réel sentiment et le partager avec l’autre, sinon grâce à une présence active et totale de nous-mêmes, le danger résiderait dans le cas contraire, d’être entraîné par l’émotion, esquisse du sentiment, épiphénomène qui titillera notre sensibilité la plus épidermique mais qui ne touchera pas l’Etre en profondeur.

 

« TOUT EST DANS TOUT. »

Bien d’autres aspects de l’apprentissage et pas des moindres, devront être abordés, tels que le phrasé, le legato, base essentielle du Beau Chant, les voyelles, leur pureté et cependant leur enrichissement réciproque, « Les différentes voyelles sont des différentes couleurs du même Son »  Employons ces couleurs comme un peintre, et sculptons du Son dans l’espace; mais quel Son ? Sûrement pas un Son plat, à l’horizontale, Son désincarné, Son squelette. Non ! Les consonnes seront l’ossature, les voyelles en seront la chair qui viendront nourrir ce squelette, l’enrober afin que le Son devienne onctueux et que la voix puisse couler paisiblement.  « Lass die Stimme von selbst klingen » Laisse la voix sonner d’elle-même. Expression qu’emploient souvent les Allemands.

 

« LE CHANT EST(devrait être) UN LONG FLEUVE TRANQUILLE…»

Une voix qui coule, ( Corre la voce) oui, mais un flot canalisé, surtout pas en largeur, mais en concentration, le «  Raccogliere il suono » des Italiens, rassembler le Son, le concentrer, ou bien la belle expression qu’ils emploient aussi volontiers « Un suono ben girato » un Son bien tourné, qui s’apparente à ce que l’on a évoqué plus haut: Un Son sculpté ! Le fleuve qui coule tranquillement et paisiblement dans son lit, apporte la fertilité et l’abondance aux régions qu’il traverse, dès qu’il déborde, ce sont les inondations avec les conséquences qu’elles entraînent… QUALITE ET PAS QUANTITE !

 

NOS BELLES LANGUES.

Et enfin le travail sur les langues, pas uniquement dans leur étude théorique, mais bien plus sur la couleur, l’âme, l’esprit de ces langues, afin d’arriver à les interpréter avec de plus en plus d’authenticité et être à même de transmettre l’intelligence du texte, l’auditeur même s’il ne comprend pas la langue que l’on chante, sera toujours plus réceptif et concerné si l’interprète investit son texte avec une totale conviction et en est totalement investi.

Respecter et aimer la langue que l’on chante !

 

« OR MAINTENANT DEMEURENT LA FOI, L’ESPERENCE, L’AMOUR, CES TROIS-LA ; MAIS LE PLUS GRAND DES TROIS, C’EST L’AMOUR ! » Saint Paul.

Tout cela constitue un travail considérable mais très accessible et souple, parce que basé sur la patience, la compréhension des difficultés de chacun et l’adaptation à ses particularités, une confiance réciproque et un dialogue qui s’instaureront entre le professeur et l’étudiant.

 

 

TRADITION ET FILIATION.

«  Nous sommes des nains montés sur des épaules de géants : nous voyons plus qu’eux et de plus loin; ce n’est pas tellement que notre regard soit perçant, ni élevée notre taille; mais leur stature gigantesque nous élève, nous exhausse » Bernard de Chartres XII ème siècle.

Le respect de la tradition du chant et de ce que les grands chanteurs (euses) du passé nous ont légué, ceci non pas dans une vision passéiste et passivement nostalgique, mais pour mieux nourrir son présent de la richesse du passé et projeter ainsi avec enthousiasme dans l’avenir !

 

Le But et la Finalité de tout cela ?

Une seule réponse : « Du Holde Kunst … »

                                 

                                             SERVIR LA MUSIQUE    

 

 

                                                        Mots Clés :

 

Connaissance, Communication, Spontanéité, Disponibilité, Ouverture, Eveil, Joie, Confiance,

Attention et Présence à soi même, Exigence envers soi même, mais avant tout Travail.

 

 

ORA,   LABORA,   ET   INVENIES .

 

                                                                            Nicolas Christou .    

Version imprimable